Pierre Guitton

Pierre Guitton est l’un des grands de l’underground des années 1970-1980. Le Seurat de la bande dessinée est le fondateur de la première revue de bande dessinée underground française en 1971 : Zinc. Au Chant des Muses, deux livres reprennent la plupart de ses histoires : Et c’est pas fini ! et Les contes de Lapin Jaune, de la poésie graphique de haut vol.

Pierre Guitton est décédé en juillet 2021.

Livres

Et c’est pas fini – rétrospective Pierre Guitton

Une rétrospective du travail graphique de Pierre Guitton, fondateur de Zinc, la première revue de bande dessinée underground française...

Les contes de Lapin Jaune

Le chef-d’œuvre de Pierre Guitton ! De la poésie graphique de haut vol...

Livres-CD

Couverture recto de Funambules

Livre-CD de 15 chansons de Violette Guyot,
Peintures de Pierre Guitton

Attention ! Sous ses airs inoffensifs et avenants, cette femme est dangereuse (à propos de Violette Guyot)

Articles :

Violette Guyot, prix Poésie en Musique 2021

Les chansons du futur livre-CD Funambules de Violette Guyot, illustré des peintures de Pierre Guitton remporte – décerné  par la SPAF – le Prix Poésie en Musique à Nancy !

Une affiche maquettée par Xavier Dole pour une exposition de planches de bandes dessinées et de dessins de Pierre Guitton.

Un reportage de France-TV dans l’atelier de Pierre Guitton. C’est intéressant de regarder Pierre Guitton peindre.

Un article de Xavier Dole sur Pierre Guitton pour la revue Papiers Nickelés en 2011, au moment de la sortie de sa rétrospective Et c’est pas fini !

Au festival d’Angoulême 2012, le livre Et c’est pas fini, rétrospective Pierre Guitton fut nominé pour le Prix du Patrimoine. Au moment de la remise des prix,…

Mis à part Zinozorrus, Pierre Guitton ne collabore plus avec la presse depuis 1987. Depuis, il peint. Voici quelques unes de ses peintures réalisées autour de l’année 2010.

Dans sa rubrique Autre Chose dans Libération, Willem parle du livre Et c’est pas fini ! de Pierre Guitton.

Un article d’Yves Frémion sur Pierre Guitton, paru dans Zoo n°34.