Charles Duits

Ne serait-ce parce qu’elle est la première et dernière bande dessinée de l’écrivain Charles Duits (1925 – 1991) – le seul écrivain de langue française dont une grande partie de l’œuvre est inspirée par l’expérience répétée du Peyotl – Le Trip est un cas unique dans l’histoire de la bd, de la littérature et des drogues. Publiée par Daniel Mallerin en 1975, elle ressurgit aujourd’hui de l’indécent oubli où sombrait l’œuvre de l’écrivain à la faveur de l’exposition Psychédélices organisée par le Musée International des arts modestes (juin – décembre 2021) qui lève un coin du voile sur une œuvre graphique et picturale totalement inconnue jusque-là et dont Le Trip fait figure de clef humoristique.

Livres

Le Trip – couverture

Vous tenez entre vos mains un objet de la plus grande rareté, un objet à caractère historique dans, les arts, les lettres, la bande dessinée, l’édition et le graphzine ; vous tenez entre vos mains la seule bande dessinée réalisée par un écrivain professionnel –  pet de lapin –,  la seule que l’on puisse rattacher de manière directe à l’histoire du surréalisme – foi d’André Breton –, la seule qui ait pour objet la restitution de l’expérience hallucinogène –  fait unique dans le champ des représentations artistiques des pratiques et effets des drogues.